Pensée du soir…

00h55, mon fils s’est réveillé il y a un quart d’heure. Je l’ai repris près de moi, il vient donc de se rendormir.

Comment lancer quelque chose ou se mettre sérieusement et efficacement sur un projet lorsque tu n’as pas 2 heures de paix consécutives, même la nuit ? Pas évident hein. Bon pour ceux qui veulent de la fantasy, des jeux ou de la littérature, sautez ce poste, il n’en sera pas question (sauf indirectement).

J’ai envie d’écrire pour l’instant. Car quand j’écris, je fais quelque chose qui reste et qui est pour moi (même s’il ne me rapporte rien et n’est pas lu). Je crée de la matière.

J’arrête mon activité complémentaire le trimestre prochain. D’une part parce que je n’ai pas le temps de m’y mettre et, d’autre part, car je n’ai plus envie de faire ça en plus de mon boulot de jour où je fais exactement le même. Mais, il faut que je lance un autre projet. Un truc qui m’anime vraiment et qui a des chances de réussir.

Idéalement, je voudrais créer des jeux, écrire des histoires bizarre et faire des dessins crados mais ça ne me nourrira jamais. Hors, j’ai l’envie, très puissante, de travailler à mon propre compte et de chez moi. Ainsi, il faut absolument que je trouve une idée qui s’approche le plus possible de la création (avec des libertés vers la fesse, l’étrange, la fantasy) mais qui soit accessible aux plus grand nombre de gens possible et qui soit réalisable malgré le peu de temps dont je dispose pour m’y mettre. Tenant compte de tous ces paramètres, je me demande si je ne vais pas, dans un premier temps, partir sur un système d’histoires grand publique par mail, à la manière d’un feuilleton. Techniquement, je suis capable de tout mettre en place et, en me forçant un max, je dois pouvoir gérer l’aspect promotion (cette partie me met les nerfs au plus haut point mais je ne suis pas suffisamment riche que pour la faire sous-traiter). Le vrai problème va être de trouver un thème qui va suffisamment m’animer (et sur une période assez longue) que pour pouvoir créer un contenu suffisamment long ET qui soit adapter aux goûts d’une chiée de gens.

Je sais que c’est un peu naze comme point de vue et que je devrais « créer ce que je veux même si c’est pour trois personne ». Mais il y a un moment où l’on a envie de réussir. Moi, j’ai envie d’être lu par plus d’une dizaine de personnes et j’ai envie que cela me paie d’ici quelque temps. Putain qu’est-ce que j’ai envie de bosser depuis la maison et de sortir du texte !

Pour en revenir aux listes de diffusion (la succession de mails), un autre point difficile, outre que je me lasse extrêmement vite de tout, c’est que j’ai des goûts changeant, multiples et éclectiques. Pour ces gens qui ont se qu’on appelle un otaku, ce doit être plutôt simple. Il ne pense et ne s’intéresse qu’à une chose et peuvent en parler sans arrêt pendant des mois, voir des années. Il est dès lors assez facile (il me semble), d’alimenter une communauté de lecteur pendant longtemps. C’est aussi plus facile de toucher des gens qui pourraient potentiellement s’intéresser à un travail x, puisqu’il est clairement défini. À l’inverse, imaginez ce que serait une newsletter tenue par mes soins si je faisais ça d’une manière naturelle. Le sujet serait différents tous les trois mails, la fréquences improbables et la proposition longue de 4 pages, passant du coq à l’âne. Qui s’y retrouverai là-dedans et me prendrait au sérieux ?

J’y réfléchi…

Laisser un commentaire