Archives de catégorie : Print and Play

Mules 1399 (wip)

“Comment j’ai commencé ce business ? Ohhhhh…
La force d’un type comme moi, c’est de voir des opportunités là où les autres ne voient que des problèmes. Si tu as une solution à ces problèmes… tu deviens riche !
Hors, d’un côté, y avaient tous ces moines là qui passent leur temps à tirer leur crampes entre eux et à copier des bouquins dans leurs bibliothèques. Y z’en ont plein de livres qu’ils s’échangent entre abbayes. Mais un moine, c’est mou comme une donzelle et fainéant comme une bite d’ours. Alors ben, z’on pas envie de courir les routes avec les risques qui vont avec pour s’échanger leur paperasse.
Et de l’autre côté, si tu te promène un peu, tu verra qui y a de plus en plus de benêts et d’tordus par ici. Des siiiimples d’esprits, des boiteux, des bossus, des moches. Personne n’en veut pour bosser. Personne, sauf moi !
Car j’me suis dit, et c’est là que j’ai fait fort : si je donne un sou à ces débiles pour transporter un bouquin et qu’un moine m’en donne trois pour le même bouquin. Ben j’gagne deux sous sans rien faire. Mais j’ai été plus loin hehe, je les ai carrément acheté à leur famille. Plus de salaire, juste un peu de bouffe… baaaam. Y sont vingt à bosser pour moi ces dégénérés et hehehe, j’commence à avoir bonne réputation. La poste de Boniface se fait un nom et moi ding ding ding, j’compte mon pognon.

Témoignage de Célestin Boniface, grand coquin devant l’éternel et chef des Postes Boniface.

Présentation

Mules 1399 est à la foi un jeu de gestion de ressources sur plateau et un jeu de rôle relativement simple dans lequel vous incarnez un coquin, un scélérat, un fourbe qui d’une certaine manière profite du malheur des faibles et de la fainéantise des puissants pour se faire l’argent.

Au moyen-âge, l’église est florissante. Les moines copient des centaines de livres qu’ils s’échangent, se prêtent ou se revendent d’une abbayes à l’autre. Mais les routes sont dangereuses. Ils préfèrent donc rester en sécurité dans leur scriptorium que de livrer eux mêmes ces fameux livres. Et pourtant, il faut bien que quelqu’un s’en charge.
À côté de cela, les manants, les gueux, en particulier les simples d’esprits et les bossus vivent dans une misère crasse. Et personne ne se risquerait à leur donner du travail. Enfin, presque personne….
Car entre ces deux extrêmes, il est une catégorie de petits malins, des commerçants ruinés, des bourgeois sans le sous, qui ont eu une idée : pourquoi ne pas rendre service aux moines et donner du travail à ces éclopés ? Surtout, si sur le dos des deux, ont peut gagner quelques sous sans trop se donner de mal…
C’est ainsi qu’est né, en 1399, le système des mules. Des bandes de gueux, des simples d’esprit et des bossus, courent la campagne, réceptionnant les livres dans les abbayes pour les livrer à d’autres. Ils ne font que ça : transporter des ouvrages, les plus vite possible et évitant tant que faire se peut les pièges de la route. Ils sont payés une misère mais travaillent avec zèle, benoîtement. Tandis que dans l’ombre, les patrons de ces compagnies de postes d’un genre nouveau se frottent les mains en observant leur mules se démener pour leur compte. Vous êtes l’un de ces fieffés opportunistes. Bienvenue dans Mules 1399 !

Règles

Matériel

Mules 1399 est proposé en print-and-play. C’est-à-dire qu’il vous suffit d’imprimer l’ensemble et de bricoler un peu (trois fois rien) pour pouvoir jouer. À l’exception de dés à 6 faces (au moins 10) et de marqueurs (ce peuvent être de simples petits cailloux), vous n’aurez besoin de rien de plus.
Commencez par imprimer les quatre feuilles A4 “plateau” et collez-lez après en avoir découpé les bords. Faites de même pour les cartes événement puis imprimez autant de feuilles de compagnie que vous êtes de joueurs. Enfin, gardez une version des règles à portée de main.

But du jeu

Le but du jeu est d’être la plus riche compagnie de poste au bout de 10, 20 ou 30 tours (selon la durée décidée collégialement). Pour ce faire, vous devez acheter des porteurs, les faire trimer dure, payer ce qu’il vous coûte et de temps à autres rembourser vos dettes.

Création et feuille de compagnie

Pour jouer à Mules 1399 vous devez bâtir votre compagnie. Commencez par lui trouver un noms ainsi qu’un autre pour vous même, le patron, le boss. Ensuite, achetez vos premiers porteurs. Vous disposez pour cela d’un capital de 10 sous que vous pouvez faire passer à 20 si vous prenez la peine d’inventer un peu de background pour votre compagnie et votre personnage.

Tarif, coûts et les capacités des porteurs :

  • Un simple d’esprit coûte 2 sous à l’achat puis 1 sou par tour. Il peut transporter 2 livres.
  • Un bossu coûte 8 sous à l’achat puis 2 sous par tour. Il peut transporter 6 livres.

Pour chaque porteur que vous avez acheté, placez un dé sur un emplacement « porteur vide » prévu et cocher s’il s’agit d’un simple d’esprit ou d’un bossu. Pour finir, indiquez sur le compteur ce qu’il vous reste de sous après vos achats.

Mise en place du plateau

  1. Placez deux D6 sur chaque abbaye dans les cases en pointillé.
  2. Placez votre pion sur l’une des abbayes (si vous ne parvenez pas à vous mettre d’accord, tirez ça aux dés. L’abbaye en bas à gauche étant alors la numéro 1). Votre pion représente l’ensemble de vos porteurs qui ne peuvent être séparés.
  3. Tirez les dés pour chaque abbaye et placez les sur la bonne case. La première représente le nombre de livres dont l’abbaye a besoin, la deuxième le nombre de livre dont elle veut se débarrasser.
  4. Tirez au sort le premier joueur (résultat sur un d6) puis jouez dans le sens anti horlogique.

À chaque tour

Déplacement

Déplacez votre pion “porteur” de 2d6 case en suivant le chemin que vous voulez. (!) Piochez une carte événement à chaque fois que vous passez ou vous arrêtez sur un case événement.
(!) Au premier tour, vous pouvez directement vous servir en livre, là où vous avez commencé.

Prendre et déposer des livres

Prenez ou déposez des livres lorsque vous vous arrêtez sur une abbaye ceci marque la fin de votre mouvement.

>Lorsqu’un porteur prend un ou des livres en charge (il faut pour ça que l’abbaye ai des livres à livrer) :

  1. Vous déplacez le dé sur la case de droite et tournez le dé de telle façon que la face du haut indique le nombre de livres qu’il transporte.
  2. Vous diminuez le dé « livre à emporter » de l’abbaye concernée du nombres de livre que vous avez pris. Si le nombre tombe à 0, relancez le dé.
  3. Vous augmentez votre réserve sou du montant correspondant au nombre de livres emportés X2.

Lorsqu’un porteur dépose un livre dans une abbaye (il faut pour ça que l’abbaye ait besoin de livres) :

  1. Vous tournez le dé de telle sorte que la face du haut indique le nombre de livre qu’il transporte encore. S’il n’en transporte plus, déplacer carrément le dé sur la case de gauche.
  2. Vous diminuez le dé « besoin de livre » de l’abbaye concernée de nombre de livre que vous y avez déposé. Si ce nombre tombe à zéro, relancez le dé.
  3. Vous augmentez votre réserve sou du montant correspondant au nombre de livres déposés X2.

Jouer une carte événement

Lorsque vous passez sur une case os, vous devez tirer une carte événement. Vous pouvez la jouer tout de suite où la garder pour plus tard. Une carte événement se joue absolument n’importe quand. Durant votre tour ou durant celui de l’un de vos adversaires. Vous ne pouvez par contre jouer qu’une carte événement sur chaque adversaires au cour d’un même tour (ou alors mettez vous d’accord du contraire avec vos amis). Chaque carte est présente en un seul exemplaire à l’exception des “rien” que l’on retrouve 7 fois. Il y a 16 cartes événement au total.

Les différentes cartes et leurs effets :

  • Assassin > Tue 1D6 porteurs adverses (au choix de l’adversaire).
  • Voleur > Vole 2D6 livres de la compagnie adverses.
  • Gueuse > La compagnie ciblée passe 1 tour.
  • Gueuse de chez gueuse > La compagnie ciblée passe 2 tours.
  • Reine des gueuses > La compagnie ciblée passe 3 tours (pas de charge, pas de déplacement).
  • Je tripote ma bosse > Les bossus de la compagnie ciblée ne peuvent rien prendre ni déposer lors de leur prochain tour de jeu.
  • J’ai deux mains > Les simples d’esprit de la compagnie ciblée ne peuvent rien prendre ni déposer au tour suivant.
  • Pas content > Baston interne : tue 1D6 bossus et 1D6 simples d’esprit de ma compagnie ciblée..
  • Suicide collectif  > la compagnie ciblée est détruite, ses membres ce sont tous jetés dans la rivière (par exemple).
  • 7 X “Rien” > comme son nom l’indique cette carte n’a aucun effet. Elle sert uniquement à créer un peu de tension et, potentiellement à introduire le bluff dans vos parties.

Passez la main au joueur suivant

Lorsque vous avez accomplis toutes les actions ci-dessus, c’est au tour du joueur située à votre droite de faire rouler les dés.

Fin du tour

Lorsque tous les joueurs ont joué leur tour. Faites vos achats de porteurs (il n’y a pas de limite). Puis, calculez la différence entre ce que vous avez gagné et perdu durant le tour et modifier votre compteur « sou » en conséquence.

Autres règles importantes

  • Si un joueur ne sait pas payer ce qu’il doit, il est éliminé.
  • On ne peut pas prendre et déposer les mêmes livres au même endroit durant le même tour.
  • on ne peut jamais revenir sur ses pas. il faut toujours faire des boucles dans le sens anti horlogique.
  • Si vous vous faites voler un livre, vous devez le rembourser : 10 sous par livres égaré. Les livres portés par les morts sont considérés comme égarés.
  • On peut acheter de nouveaux porteurs lors de son tour de jeu.

Fin de la partie

La partie se termine lorsque le nombre de tours définit est accompli. C’est alors le joueur dont le personnage est le plus riche qui est déclaré vainqueur. La partie est aussi terminée lorsqu’un joueur a réussi à éliminer tous les autres.

Roleplay

La partie “jeu du rôle” de Mules 1399 n’est pas obligatoire pour jouer mais elle apporte clairement un plus aux cession. L’idée est d’incarner le patron de votre compagnie, de prendre sa voix, de mimer ses gestes, ses attitudes. Inventez lui un vocabulaire, un phrasé. Décrivez vos actions avec grandiloquence, soulignez vos débâcles de propos injurieux, fêtez vos victoires comme un goujat. Donnez lui vie et prenez du plaisir.
En terme de jeux, vous gagnez 10 sous supplémentaires par tour si vous prenez la peine de jouer votre personnage. N’oubliez pas que lui créer un peu de background vous donne aussi droit à 10 sous de plus lors de la création de votre compagnie.

Mode campagne

Il est tout à fait possible de jouer Mules 1399 sous forme de campagne. Il vous suffit alors de suivre les quelques conseils suivants :

  • Gardez le compte de l’état de votre feuille compagnie à la fin de chaque partie pour pouvoir commencer la suivante avec les mêmes données.
  • Imprimer d’autres cartes et continuez.
  • Lorsque votre feuille compagnie est pleine commencer en une autre, c’est un autre pion à placer sur le plateau. Vous jouez tous vos pions lors de votre tour.
  • Raconter votre partie précédente en y mettant les formes rapportent 10 sous de plus.

Annexes

Voici les annexes à imprimer : le plateaux, la feuilles de compagnie et les cartes événement (tout ceci est sujet à modification et nécessite encore un peu de travail graphique).

Splatchhhh ! Un jeu bas-du-front à jouer discrétos pour tuer le temps

Splatchhhh ! est un mini-jeu/comics dans lequel vous incarnez un mercenaire (ou une compagnie complète) dont les but est d’amasser le plus de kilos de viande morte possible afin de remporter le grand concours de taillage de panses.

Splatchhhh ! est idiot, lourd, inutilement violent et réservé à une minorité d’illuminés. Découvrez-le ci-dessous et passez le mot.

Téléchargement (gratuit) : Splatchhhh !