SAATO : un porteur de blog nécromant, parasite et itinérant qui s’exprime par Haïku

Saato est un bot de curation destiné aux ONG. C’est aussi un projet graphique/narratif évolutif et nomade. Ce concept est à l’état de projet. Cogite, cogite, cogite….

Le bot, Saato, est une créature hybride, un mix entre l’aberration, la chenille d’Alice au pays des merveilles et une jeune asiatique malade traînant une grappe de kystes. Il s’exprime uniquement par Haïku et possède sa propre histoire. Le bot tente de sensibiliser sur le fait que la méconnaissance mène à la chute de l’homme. Et que, si la génération de l’utilisateur ne s’informe pas correctement et n’agit pas en conséquence, ses descendants pourraient bien ressembler un jour au bot. Le bot vient du futur, un futur où les mutations et les maladies sont légion. Le bot ne se rend d’ailleurs pas compte que quelque chose cloche dans son apparence et s’étonne de notre propre constitution.

Arsenal pour ONG

L’ONG crée au préalable une liste de sites référents. C’est-à-dire des sites qu’elle juge pertinents pour expliquer et défendre la problématique à laquelle elle s’attache. Elle invite alors sa communauté à télécharger le bot qu’elle vient de configurer. Lorsqu’un sympathisant de l’ONG possédant le bot actif surfe sur internet, il peut l’activer sur n’importe quelle page. Le bot apparaît alors sous forme de pop-up, par dessus la navigation active. Il indexe la page en cours (ou le site) afin d’identifier des thèmes. Il génère ensuite un blog temporaire (une curation d’articles) en allant repêcher des articles pertinents auprès des sites référents (la liste créée au départ par l’ONG). Graphiquement, la traîne de kystes représente les articles sur lesquels on peut cliquer. Plus un kyste est gros, plus l’article associé est important (pertinence par rapport au sujet de la page).

Un blog nécromant, parasite et nomade qui s’exprime par Haïku

  • Nécromant, car il surfe sur l’idée du Zombie de Le Temps qui invite la rédaction à republier des articles qualitatifs anciens en fonction de l’actualité.
  • Parasite, car il s’accroche au contenu du site hôte. Ce n’est pas le but ici, mais une version plus agressive de cette démarche pourrait réellement rester par dessus le contenu du site hôte, en masquant son information pourrie par des articles de qualité. Au fur et à mesure que le bot génère des kystes/articles, le contenu nauséabond disparaît carrément.
  • Nomade, car il suit le sympathisant sur le net.

Curation

Il faudrait voir à quel point la sélection d’articles peut être précise. Peut-être tenir compte de l’historique de navigation du sympathisant ? De son âge ? De sa zone géographique ? De ses opinions sur d’autres sujets ? S’il est abonné au bot d’une autre ONG, y a t-il un lien entre les contenus ou le contenu en est-il modifié d’une quelconque façon ?

Intérêt pour les différentes parties

Je pense que l’idée est bonne pour tout le monde. Les ONG disposent d’un outil de contre-propagande supplémentaire. Les rédactions, elles, attirent du monde vers leur contenu qui est recyclé, générant peut-être de nouveaux abonnements. Une autre piste serait d’intégrer au bot un système de dons qui seraient répartis entre l’ONG et les rédactions.

L’art et le reste

Côté art, la créature est intéressante graphiquement. Elle peut être représentée sur un tas de supports différents. On pourrait même l’imaginer sous forme de tableau où venir épingler des liens dans des lieux de passage. On peut créer des pin’s qui seraient un signe de ralliement contre la bêtise ou la taguer en très grand. Voir pour l’art-activisme. On peut même aller vers l’art de rue. Pour se faire, il faudrait créer un costume géant animé par plusieurs acteurs. On balade la créature en rue à la manière d’un dragon chinois et on discute avec les gens.

Les thèmes connexes

Ce bot permet aussi de parler de visual storytelling, de datavisualisation (les kystes et leur taille), de transmedia storytelling, de marketing de contenu, d’art-activisme, de copywriting, de l’évolution du journalisme, du data journalisme, de création de bot, d’écologie, d’économie, de maladie, d’espoir et de poésie. Tout ceci peut-être traité dans un blog dédié au bot Saato.

À lire, à écouter :

Intéressé(e(s))? Contactez-moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *