Ce premier article a pour vocation de fournir une introduction pertinente à l'aventure que je démarre en ce début d'année 2018. J'espère qu'll vous donnera envie d'en savoir plus sur la métamorphose de CATON, l'ours qui voulait devenir puissant et stoic !

 

GRRRRRRRRRRRRRRR…
La bête dans son antre a tendance à se pavaner. Elle fait du lard et déprime entre deux coups de sang et deux coups de pine. Il court l’ours, un essaim d’abeille au cul, une ruche en guise de carotte devant sa truffe poisseuse de morve. Putain d’ours, tu t’es égaré. T’as eu peur mon gros et t’as failli perdre le file, oublier ta nature de bête féroce prête à tuer pour les siens.

Tu t'affaiblis, tu vieillis, tu deviens l’archétype de cet ours de zoo, gras et la pine molle qui quémande cacaouette et attention à la grosse bourgeoise qui passe plutôt que d’imposer sa volonté à grand coup de patte dans les tripes. T’es un ours putain. Mais t’es devenu une bête de cirque, un guignol qui joue à la balle pour quelques balles. Tu perds ta férocité, tu te tortures les sens et, salle bête, t’aurais même tendance à mordre la mains qui te nourrit ou à te fracasser le crâne contre les barreaux de ta cage.

Je suis un ours mal léché, un ours de conte, un ours de foire. Mais à la différence des autres ours en cage, je me suis rendu compte que je me suis égaré et j’ai décidé de reprendre le chemin naturel. De ressembler à un ours un vrai, puissant et calme. Mais ce n’est pas gagné !

GRRRRRRRRRRRRRRR…
Hey oui, il est un temps où il faut regarder la réalité en face et se poser les bonnes questions. Se sentir en danger, être dans l’urgence aide à agir en ce sens. Car lorsque l’on se sent acculé, on a tendance a (enfin) montrer les crocs même si ça demande des efforts. Et des efforts, bon sang, il en faut. Je suis CATON, l’ours qui voulait devenir puissant et stoic. Je vis dans une caverne agréable avec ma douce et notre ourson. Mais voyez-vous ce confort rend mou, flasque, paresseux et finalement, décadent. Et le jour où l’on se retrouve devant un obstacle on s'aperçoit que l’on est pas (ou plus) armé pour lutter. On est gras, névrosé, inconstant, esclave de ses émotions, dépendant d’autruis. Alors on se lamente, on se plaint, on grogne un peu mais sans conviction ou alors pour de mauvaises raisons.

Soit. Baste. GRRRRRRRRRR. RWAAAAA. Hey, ours, réveille toi.

Les prémices au changement

Il y a quelques mois, mon ourson m’a demandé : "Papa, est-ce que tu es le plus fort de tous les ours ?" Je lui ai répondu "(que) non, je ne suis pas particulièrement fort. Par contre, je pense être un poil plus futé que la majorité des ours, c’est important d’être malin". Sur quoi mon ourson à lancer : "Oui, mais le mieux c’est être le plus fort ET le plus fûté des ours". Bam > 5 ans et mon ourson a déjà pigé ce genre de chose.

Ca me renvoi à deux choses. Premièrement cet espèce de proverbe bâteau qui dit : un esprit sains dans un corps sains. Et deuxièmement, un citation de Robert Heilein :

"Un être humain devrait savoir changer une couche-culotte, planifier une invasion, égorger un cochon, manœuvrer un navire, concevoir un bâtiment, écrire un sonnet, faire un bilan comptable, monter un mur, réduire une fracture, soutenir un mourant, prendre des ordres, donner des ordres, coopérer, agir seul, résoudre des équations, analyser un nouveau problème, répandre de l'engrais, programmer un ordinateur, cuisiner un bon repas, se battre efficacement, et mourir bravement. La spécialisation, c'est bon pour les insectes."

Source : wikipédia

Conclusion : afin d’être un ours total, il faut savoir tout faire. Mais la base c’est le corps (la puissance) et l’esprit. En l’occurence et pour ma part, l’accès à une certaine sérénité.

L’ours tout nu

C’est un fait : je suis un ours obèse et anxieux. Je dois travailler ces deux points jusqu’à atteindre la tranquillité de l’âme et un état physique optimal. Et je veux y parvenir de manière naturel, sans médicaments, sans régime branché, sans coach de vie. Je veux que ça sue, je veux que ça fasse mal, je veux que ça demande des efforts. Pourquoi ? Afin que ça rentre bien et que ça reste pour longtemps. Les raccourcis, quel qu’ils soient ne sont jamais que des illusions. Je veux un travail de fond, pérenne.

Le corps

Je vais travailler cet aspect selon trois axes que je détaillerai dans un autre article :

  • Convict Conditioning
  • Penchak Silla
  • Nourriture adaptée

L’esprit

Idem, j’ai défini trois axes de travail pour tenter de maitriser mes émotions :

  • Stoïcisme
  • Lecture orientée biographie
  • Psychologue

Préparation

Depuis deux semaines (et à l’exception de trois soirs) j’ai commencé à faire une série d’exercice proposée par un allemand sur Youtube. J’ai depuis commandé le livre de Paul Wade “l’entrainement d’un détenu”  pour avoir quelque chose de plus détaillé (en plus, je suis un ours très “littéraire”).

J’ai remis la mains sur mes exemplaires des “best sellers” du stoicisme : Marc Aurèle, Épictète, Sénèque ainsi que sur deux volumes sur ce courant en général.

J’ai assisté à un cours de Pencak Sila à Charleroi la semaine dernière et espère aller y pointer ma truffe mardi prochain.

D’ici une semaine, j’aimerais me faire une sorte de programme afin de m'astreindre à une certaine...

La différence entre “routine” et “discipline”

… à une certaine discipline. Je pense effectivement qu’une discipline que l’on s’impose est plus bénéfique qu’une routine que l’on subit. La routine à une connotation rassurante et molle que je désire fuire. La discipline, au contraire, renvoi à une certaine forme de vie militaire que j’imagine mieux correspondre à ce dont j’ai besoin. Car après tout, je voudrais devenir un ours de combat, une sorte de samouraï : serein et tout en force maîtrisée.

Je sais que c’est ridicule au fond mais j’ai toujours pensé que prendre soin de soi (son corps, son apparence devait être réservé aux femmes. Ce qui m’échappait, c’est qu’il y a un minimum. Parallèlement, j’ai toujours considéré par le passé que le fait d’avoir besoin d’une aide psychologique était l'apanage des être faibles. Là aussi, j’en suis venu à me dire qu’il vaut mieux ouvrir les yeux et traiter les problèmes sur le fond plutôt que de se masquer les yeux et de vivre dans l’erreur en souffrant par fierté mal placée.

GRRRRRRRRRRRRR !
Voilà pour cette fois, j’attends mon livre d’exercice et de voir ce qu’aura donné ce premier entraînement pour établir un programme. La suite rapidement.