Des porcs et un traîneau contre les accidents, le gaspillage et la connerie ambiante

Je pense à ces jours d’hiver où le verglas recouvre tout, quand il devient dangereux et pénible de prendre sa voiture. Il faut tout de même aller travailler parait-il, risquer l’accident et les ennuis pour nos salaires. Les enfants, eux, doivent aller à l’école (là aussi, il y aurait à dire sur toute la pertinence de la partie après le « apprendre à lire et à compter ».

Pour les bambins, imaginons un autre système que le bus, la voiture de papa-maman ou la marche à pied sur les trottoirs glissants : le traîneau collectif et green.

Un long traîneau équipé de banquettes suivit d’un deuxième supportant une cuve ouverte sur le haut que tireraient quatre ou cinq porcs. L’idée serait que le porcher, durant l’hiver, assure le ramassage des enfants pour l’école. En échange du voyage, vous offririez au porcher vos déchets de la veille afin que celui-ci puisse nourrir correctement ses animaux durant les mois d’hiver. Ce serait très facile, il suffirait de déverser vos seaux dans la grosse cuve du traîneau n°2. Il y a des chances que la décomposition des déchets fournisse en plus un peu de chaleur.

Plus de sécurité, plus de liens sociales, moins de déchet, moins de pollution, plus de rapport à la réalité pour les enfants ainsi qu’une pratique directe d’une vision durable de l’existence (voir les cochons chier et être conscient que les déchets puent mais peuvent avoir de la valeur).

Qu’en pensez-vous ?