La catin

Bord de sambre @quai10 ce soir 23h

Les derniers riches spectateurs quittaient le cinéma, ce beau Quai10, certains braillants, d’autres silencieux, tous courbant l’échine pour se protéger de la pluie. Le groupe s’était formé. L’on avait serré des mains, embrassé des joues, acquiescé simplement du chef quand une péniche fendit la pluie. On l’entendit avant de la voir. Des chants, des rires et des cris formaient une corne de brume humaine, un klaxon hurlant son plaisir dans la nuit carolo. L’embarcation tapa contre la digue lorsque tous eurent le temps de la bien voir, longue et élégante. Vit de bois sur une rivière qui en a gobé son compte. Une femme fut hissée à terre : la catin. Vêtue d’une cape noire comme l’encre de seiche, elle rejeta en arrière de son capuchon qui libéra sa belle chevelure couleur cuivre puis salua l’assemblée.

Je vous aurais bien proposé de monter à bord mais La Garce, c’est le nom de ma péniche, est déjà bien pleine et elle doit repartir déjà. La traversée se paie, chaque coup de butoir qui la fait avancer est un sou dans ma poche. Et un sou est un sou. La péniche/pénis coule sur les flots brassant foutre et sueur, ramone beau matelot, oublie tout ton malheur. Allons, nous nous abriterons sous ce quai là. Sans attendre, alors que le groupe se dirigeait vers le Quai10, la catin prit la parole.

Ainsi, si d’argent il n’y avait pas, je verrais la “consommation des corps” de la manière suivante…

|Insérez ici l’idée d’un figure importante du secteur ou une sexologue ou une d’une personnalité publique renommée et habilitée à parler intelligemment du sujet.|

Alors qu’une dernière bordée de mots s’échappait des lèvres charnues de la catin, la péniche revint de son moite canotage. Une amarre fut habilement lancée autour d’une bite solitaire comme un nœud coulant autour du cou d’un pendu. On tira l’embarcation au plus près de la digue et une passerelle fut jetée par dessus la mince ligne d’eau restante. La catin se leva, se tourna vers le héraut et dit : serez vous le prochain mon cher ? Avec plaisir ma dame. Sur quoi la matrone embarqua à bord de son bordel ambulant dans un virevoltement de draps, de parfum et de charme, laissant là son monde, hommes et femmes, pantois comme des mioches gourmands devant la vitrine d’un faste confiseur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *